Archives par étiquette : Nicaragua

Rosa Luxemburg, Constructions de canaux en Amérique du Nord, 4 décembre 1898 (2). Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


« Construction de canaux en Amérique du Nord », 4 décembre 1898, Sächsische Arbeiterzeitung. Paru dans la chronique « Tour d’horizon économique et social », sous le pseudonyme EGO.( 2ème partie)

L’autre voie d’eau prévue aux Etats-Unis est la liaison entre les océans pacifique et atlantique par un canal traversant le lac du Nicaragua. L’éloignement des côtes est ici sensiblement plus important qu’à Panama, mais l’existence d’un lac en son milieu devrait en faciliter la construction. Le canal devrait faire 169,4 miles anglais de long et comporter six écluses et son coût devrait être de 280 millions à un milliard de Mark. Grâce à la construction de ce canal, les navires américains pourraient directement et dans les délais les plus réduits relier les ports l’Océan Atlantique à ceux de l’Océan Pacifique sans comme c’est le cas maintenant devoir effectuer ce colossal détour que constitue le contournement de l’Amérique du Sud.

L’extraordinaire signification politique et économique de cette nouvelle voie est claire. Et sa construction devrait, une fois les yankees à l’œuvre, connaître un sort plus heureux que la construction du canal de Panama qui a coûté et en vain tant d’argent à la petite-bourgeoisie française et tant d’honneur à la grande bourgeoisie.

D’une part ces deux gigantesques entreprises sont tout simplement les enfants des intérêts commerciaux et militaires, mais ils survivront à leur créatrice – l’économie capitaliste. Et d’autre part, ils montrent quelles gigantesques forces productives sommeillent au sein de notre société et quel essor connaîtraient le progrès et la civilisation, s’ils étaient enfin libérés des chaînes des intérêts capitalistes.

Source: comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com . Traduction c.a.r.l. (1988-1989) .

Le texte original en allemand, support de cette traduction se trouve dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982, P 282/283


Wikipedia : À la fin du XIXe siècle, le gouvernement des États-Unis négocie avec le président José Santos Zelaya la location de terres pour construire le canal. Luis Felipe Corea, l’ambassadeur nicaraguayen à Washington, confirme au secrétaire d’État John Hay le soutien du gouvernement de Zelaya au projet et l’affaire est conclue par le traité Sánchez-Merry. Mais entre temps, les difficultés financières de la Compagnie nouvelle du canal de Panamá amène le Congrès américain à voter la loi Spooner qui autorise le rachat de la Compagnie et l’achèvement du canal. Le projet du Nicaragua est alors abandonné, ses adversaires évoquant également les risques sismiques et volcaniques du pays. Après l’échec américain, le président Zelaya cherche d’autres financement vers l’Allemagne et le Japon, mais les États-Unis, désormais maître à Panama s’efforcent à bloquer toute proposition.