Archives de catégorie : chronique ego

Rosa Luxemburg, Grands travaux du capitalisme, 11 décembre 1898. Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


 

Grands travaux du capitalisme

11 décembre 1898

Sächsische Arbeiter-Zeitung (Dresde), Nr 287

7 ème article de la chronique signée EGO

 

Les conflits qui, ces derniers temps, opposent de plus en plus fréquemment les puissances européennes, en Asie et en Afrique, ont eu pour résultat l’apparition d’une nouvelle tendance qui sera aussi d’une grande importance pour l’évolution économique et sociale en général, tendance qui consiste pour les États coloniaux à réunir respectivement en des complexes d’un seul tenant leurs possessions dispersées outre-mer, par de grandioses liaisons ferroviaires. Ainsi, l’Angleterre est-elle en train de relier ses colonies africaines et asiatiques, par une ligne de chemin de fer ; celle-ci doit partir d’Égypte, traverser l’Arabie du Nord et la Perse du Sud en longeant la côte persane jusqu’à Karachi à l’embouchure de l’Indus. Le réseau ferroviaire vers les principales villes indiennes, Lahore, Calcutta, Bombay et Madras commençant justement à Karachi, une liaison continue entre l’Inde et l’Egypte serait ainsi établie grâce à la construction de cette ligne. Le plan de celle-ci publié par la “Contemporary Review”, avait déjà été élaboré il y a quatre ans, et aujourd’hui un syndicat d’industriels s’est créé en vue de son application.

D’autre part, le récent conflit de Fachoda entre l’Angleterre et la France a incité cette dernière à remettre à l’ordre du jour l’ancien plan d’une grande liaison ferroviaire transsaharienne. Il y a vingt-cinq ans déjà, l’ingénieur Duponchel avait conçu un tel projet. Il y a vingt ans, une commission avait été mise en place pour la préparation matérielle des travaux. Mais ce n’est qu’aujourd’hui, après le conflit qui a opposé la France et l’Angleterre sur le Nil supérieur, que l’attention de l’opinion publique française a de nouveau été attirée sur cet ancien plan. Ainsi, le représentant des intérêts capitalistes, Paul Leroy-Beaulieu défend-il avec ardeur le projet. Il s’attache à montrer tant dans le “Journal des Débats” que dans “L’économiste”, la nécessité de créer un “Empire africain” en reliant les différents territoires actuellement disséminés. Freycinet, qui autrefois déjà avait été à l’origine de la Commission chargée de la préparation de la construction du chemin de fer transsaharien, fait aujourd’hui partie du gouvernement, cet ancien projet devrait donc bien cette fois-ci se réaliser. Cette grandiose liaison devrait aller de Biskra, en Algérie à Sabba dans le désert saharien, puis traverser le désert vers le sud jusqu’au lac du Tchad  et de là conduire d’une part vers le Sénégal français et d’autre part vers le Congo. De la sorte, la partie nord de l’Afrique tout comme la partie occidentale devrait se voir ouverte au trafic ferroviaire.

Si ces deux lignes sont construites dans un avenir proche, cette entreprise gigantesque constituera – et ceci particulièrement en France, pays du scandale de Panama – l’occasion pour quelques capitalistes de s’enrichir sur le dos de la masse des petits-bourgeois qui vont y investir leur épargne, et du travail des prolétaires. Sur le plan politique, les communications étant rendues plus faciles, en particulier pour la mobilisation des armées coloniales, il faudra s’attendre à ce que les conflits entre les puissances européennes en Afrique et en Asie, deviennent de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Mais en dernier lieu, ces nouvelles voies ainsi que l’augmentation du commerce qu’elles provoqueront, accélèreront l’essor du capitalisme et logiquement son effondrement. Dans le monde capitaliste – et comme pour tout ce que ce monde crée – les grands moyens de communication ne peuvent avoir en fin de compte qu’une action destructrice. Mais pour le progrès général de la civilisation, ils ont une valeur énorme et durable.

Source : article publié le 31 août 2013 sur le blog http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/

Référence de l’article : http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/article-rosa-luxemburg-chronique-ego-grands-travaux-du-capitalisme-1898-inedit-en-fran-ais-119806950.html

Traduction : c.a.r.l. 1988-1989

Texte en allemand : Gesammelte Werke, Dietz Verlag, Édition 1982 (1ère parution 1970), P 286/288


Source de la photographie à la une : http://aureschaouia.free.fr/webgallerie/picture.php?/1627/category/36

Rosa Luxemburg, L’essor économique des Etats-Unis, 11 décembre 1898. Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


Rosa Luxemburg. L’essor économique des Etats-Unis

Article de la chronique “Tour d’horizon économique et social”, signée EGO. Sächsische Arbeiterzeitung, le 11 décembre 1898.

Il y a peu de temps encore les États-Unis étaient un pays principalement agricole, qui couvrait ses besoins industriels essentiellement par des importations en provenance des pays européens. Les récentes statistiques concernant l’élevage bovin montrent combien a été importante l’évolution qui s’est produite ces dernières années dans ce domaine. L’on constate ainsi, depuis 1894, une baisse régulière du nombre de têtes de bétail aux États-Unis – on comptait en 1895, 16, millions de vaches laitières et en 1898, seulement 15,8 millions . En 1894, il y avait 36,6 millions de bœufs contre seulement 38,2 millions en 1898. Dans le même temps, les importations augmentent. S’il n’y avait pas plus de 1600 bêtes importées en 1894, on en compte aujourd’hui près de 300 000. Et l’on ne doit pas rapporter le recul constaté à des causes momentanées ou relevant du hasard, mais il vient des coûts sans cesse croissants du fourrage, augmentation à mettre en relation avec celle de la densité de la population.

D’autre part, l’industrie se développe avec une rapidité étonnante. Il suffit de prendre un secteur comme exemple, la production de fer-blanc. En 1891, cette branche n’existait pas encore aux États-Unis et l’ensemble des besoins était couvert par l’importation de produits étrangers, anglais en général, pour un total de plus d’un milliard de livres. Cette nouvelle branche industrielle a été créée en 1892, et la production a d’abord atteint  les 13 millions de livres, et grâce à une croissance par bonds successifs, elle représente un total de 650 millions de livres en 1898. Dans un deuxième temps, les importations étrangères baissent, et passent de un milliard à 170 000 livres et vont bientôt s’arrêter complètement.

Mais les États-Unis sont devenus eux aussi ces dernières années un État industriel exportateur. Il suffit de prendre de nouveau les exportations vers un pays comme exemple: le Japon. En 1896, les États-Unis représentaient seulement 26% et l’Angleterre de son côté 65% des exportations de locomotives vers ce pays. En 1897, la part des États-Unis atteint 57% et celle de l’Angleterre est en baisse et ne représente plus que 43% de ce marché, quant aux importations en provenance des autres pays, elle disparaissent complètement. La même chose vaut pour l’importation d’autres matériels ferroviaires.

En Amérique du Sud comme en Asie orientale, l’industrie américaine prépare une rude concurrence à l’industrie anglaise. Pour résumer, ce pays qui représentait jusqu’alors un débouché pour l’industrie européenne devient aujourd’hui un pays exportateur, qui en fin de compte vient disputer leur place aux autres pays. Et quelles sont les conséquences de ce phénomène? Le marché mondial devient de plus en plus étroit, les forces productives dépassent de plus en plus les possibilités de débouchés, la concurrence devient de plus en plus désespérée et un krach commercial plus ou moins généralisé ébranlera à court ou long terme les pays capitalistes. Le développement industriel des États-Unis avec toutes les conséquences qu’il entraîne donne là de nouveau une fameuse couleuvre à avaler à tous ceux qui soutiennent la célèbre théorie des capacités d’adaptation capitalistes de la production aux besoins.

Source : http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/ 1er avril 2012

Traduction : c.a.r.l. (1988-1989), publiée sur le blog comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com le 1er avril 2012 http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/article-le-developpement-des-etats-unis-article-inedit-en-fran-ais-de-rosa-luxemburg-115142086.html

Le texte original en allemand, support de cette traduction se trouve dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982, P 285/286


 

Standard Oil, 1899, Wikipedia

Standard Oil, 1899, Wikipedia

Image à la une: complexe sidérurgique Ohio, 1898. Source wikipedia

Rosa Luxemburg, A quoi sert la politique coloniale?, 11 décembre 1898. Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


 

Chronique – 11 décembre 1898 – A quoi sert la politique coloniale

Les rapports annuels des consulats allemands et autres pour l’Asie et l’Amérique centrale montrent que la part de l’Allemagne dans le commerce vers ces deux parties du monde a augmenté de façon surprenante ces dernières années. Ainsi, le consul allemand de Vladivostok (Port russe sur l’Océan pacifique) indique par exemple qu’alors, qu’il y a quelques années encore, l’on ne rencontrait aucun bâtiment allemand dans ces eaux, on a vu en 1897 sur 244 navires marchands ayant accosté dans ce port, 84 bâtiments allemands contre seulement 56 navires russes, 45 japonais, 22 anglais. Les bâtiments allemands assurent une liaison régulière pour le transport de marchandises entre les ports russes et japonais ou chinois. Sur le trafic total des marchandises importées et exportées à Vladivostok, les 2/3 environ ont été assurés par des navires allemands.

En Chine, de même, comme l’indiquait récemment le Bremer-Weser-Zeitung, une ligne commerciale bihebdomadaire est assurée pour la première fois par des bâtiments allemands de la compagnie Rickmers de Brème, entre Shanghai et Han-K’eou, c’est le nom de ce port sur le fleuve Gyang-Tse. L’inauguration de la ligne Rickmers-Gyang-Tse (c’est le nom qu’elle portera) devrait avoir lieu en juin 1899. Le trafic de marchandises entre les deux villes suscitées est très important et cette liaison jouera un grand rôle dans le commerce chinois.

D’autre part, les exportations directes de marchandises allemandes vers l’Asie orientale augmentent elles aussi directement. Dans ce domaine, le port de Han-K’eou prend la première place et va bientôt devenir avec la liaison ferroviaire entre Pékin et Canton, le centre commercial le plus important de Chine. Le trafic de Han-K’eou remonte le fleuve mais il est ensuite empêché par les rapides. Alors que jusqu’à présent, tout le commerce de Han-K’eou était monopolisé par les Anglais, le consul nord-américain indique qu’il est maintenant presque entièrement dominé par les Allemands. Le commerce entre Han-K’eou et l’Allemagne a déjà atteint en 1896 45 mllions de mark.

Le consul anglais de Rio de Janeiro (capital du Brésil) relève le même succès de l’industrie allemande. Ici aussi, il y a peu, les Anglais étaient les maîtres de la situation. « Maintenant », écrit le consul « les Allemands concurrencent dans chaque branche, si fortement les Anglais qu’il est pratiquement impossible de nommer quelque branche que ce soit où ces derniers auraient rapporté un succès face à leurs rivaux.

Au Chili aussi, les exportations allemandes comme le rapporte le dernier numéro du journal anglais l’Economiste, les exportations allemandes ont presque doublé depuis 1887 et devraient bientôt dépasser les exportations anglaises, qui de leur côté n’ont augmenté dans le même temps que d’un tiers.

Que l’on compare maintenant les informations concernant le commerce allemand en Asie et en Amérique avec les misérables résultats du commerce avec l’Afrique sous domination allemande et la question se pose alors. Pourquoi l’Allemagne a-t-elle tant besoin en fait d’une politique coloniale ? Car ce sont justement les pays dont la conquête et l’occupation ont coûté au peuple tant d’argent, qui ont une importance pratiquement nulle pour ce qui concerne le commerce et l’industrie allemands, raisons pour lesquelles on aurait soi-disant entrepris cette conquête. D’autre part, l’industrie allemande s’implante dans les contrées les plus lointaines  dans le cadre de la libre-concurrence avec les autres pays. En Chine aussi, elle s’est implantée bien longtemps avant que ne s’abatte sur le pays la poigne de fer de l’Allemagne et de façon tout à fait indépendante de la conquête de Kia Tchéou.

Aussi quand « l’Economiste allemand », alors qu’il décrit les tâches économiques de la nouvelle session parlementaire, parle des exportations de l’Allemagne en disant qu’elles sont négligées, encore dans les limbes, et cherche par là à justifier la nécessité pour ce pays de développer une armée de terre et un marine puissante, une politique mondiale ambitieuse, les faits réels s’opposent complètement à ces affirmations. Les exportations allemandes se développent d’elles-mêmes et n’ont pas besoin du militarisme. Ce qu’apporte cette aventureuse politique mondiale au peuple allemand, ce n’est pas l’essor commercial et industriel mais seulement d’énormes sacrifices matériels et humains.


Source: article publié le lundi 14 janvier 2008 sur comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

Traduction: c.a.r.l. (1988-1989)

Le texte original en allemand, support de cette traduction se trouve dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982, P 283/285

Ce travail, qu’il a accompagné dans les années 86 – 89 et qui inspire ce blog, est dédié à Gilbert Badia, aujourd’hui disparu

Rosa Luxemburg, Constructions de canaux en Amérique du Nord, 4 décembre 1898 (2). Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


“Construction de canaux en Amérique du Nord”, 4 décembre 1898, Sächsische Arbeiterzeitung. Paru dans la chronique “Tour d’horizon économique et social”, sous le pseudonyme EGO.( 2ème partie)

L’autre voie d’eau prévue aux Etats-Unis est la liaison entre les océans pacifique et atlantique par un canal traversant le lac du Nicaragua. L’éloignement des côtes est ici sensiblement plus important qu’à Panama, mais l’existence d’un lac en son milieu devrait en faciliter la construction. Le canal devrait faire 169,4 miles anglais de long et comporter six écluses et son coût devrait être de 280 millions à un milliard de Mark. Grâce à la construction de ce canal, les navires américains pourraient directement et dans les délais les plus réduits relier les ports l’Océan Atlantique à ceux de l’Océan Pacifique sans comme c’est le cas maintenant devoir effectuer ce colossal détour que constitue le contournement de l’Amérique du Sud.

L’extraordinaire signification politique et économique de cette nouvelle voie est claire. Et sa construction devrait, une fois les yankees à l’œuvre, connaître un sort plus heureux que la construction du canal de Panama qui a coûté et en vain tant d’argent à la petite-bourgeoisie française et tant d’honneur à la grande bourgeoisie.

D’une part ces deux gigantesques entreprises sont tout simplement les enfants des intérêts commerciaux et militaires, mais ils survivront à leur créatrice – l’économie capitaliste. Et d’autre part, ils montrent quelles gigantesques forces productives sommeillent au sein de notre société et quel essor connaîtraient le progrès et la civilisation, s’ils étaient enfin libérés des chaînes des intérêts capitalistes.

Source: comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com . Traduction c.a.r.l. (1988-1989) .

Le texte original en allemand, support de cette traduction se trouve dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982, P 282/283


Wikipedia : À la fin du XIXe siècle, le gouvernement des États-Unis négocie avec le président José Santos Zelaya la location de terres pour construire le canal. Luis Felipe Corea, l’ambassadeur nicaraguayen à Washington, confirme au secrétaire d’État John Hay le soutien du gouvernement de Zelaya au projet et l’affaire est conclue par le traité Sánchez-Merry. Mais entre temps, les difficultés financières de la Compagnie nouvelle du canal de Panamá amène le Congrès américain à voter la loi Spooner qui autorise le rachat de la Compagnie et l’achèvement du canal. Le projet du Nicaragua est alors abandonné, ses adversaires évoquant également les risques sismiques et volcaniques du pays. Après l’échec américain, le président Zelaya cherche d’autres financement vers l’Allemagne et le Japon, mais les États-Unis, désormais maître à Panama s’efforcent à bloquer toute proposition.

Rosa Luxemburg, Constructions de canaux en Amérique du Nord, 4 décembre 1898 (1). Chronique EGO. Inédit.

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


Premier article de la chronique EGO. 04 décembre 1898. Sächsische Arbeiterzeitung (1ère partie)

Les Etats-Unis d’Amérique du Nord ont entamé la construction de deux formidables voies d’eau, qui sont d’une grande importance, non seulement pour le développement économique de ce pays, mais aussi pour celui des Etats européens.

 La première de ces entreprises consiste en l’élargissement de la voie d’eau Erie-Huron, qui relie l’ensemble constitué par les trois grands lacs, Supérieur, Michigan et Huron, à celui constitué par les deux plus petits, Erié et Ontario. Et à partir de là à l’Océan atlantique, grâce au fleuve Saint-Laurent.

Dès maintenant, cette voie d’eau peut-être considérée comme exemplaire; elle peut être empruntée par des vapeurs transportant jusqu’à 250 tonnes et pouvant aller à une vitesse de 70 à 100 kilomètres par jour. Mais aujourd’hui, on prévoit d’élargir cette voie et de la transformer de telle façon que des bateaux transatlantiques puissent l’emprunter jusqu’à Chicago. Dans ce but, on construit un canal d’une profondeur de 100 mètres et d’un coût d’environ 400 millions de Mark. La principale difficulté de ce nouvel ouvrage réside dans le fait que le niveau de l’eau change à plusieurs reprises; ainsi, par exemple, la différence de niveau entre les lacs Erié et Ontario atteint 100 mètres. Ceci rend nécessaire la construction d’écluses et d’ascenseurs. Il y en aura cinq en tout qui permettront de faire monter les navires transocéaniques grâce à un système d’air comprimé.

Cette nouvelle construction sera d’une immense importance pour le commerce des céréales. Les céréales venant de Chicago, principal centre céréalier des Etats-Unis seront transportées directement, sans être déchargées jusqu’à l’Atlantique et de là jusqu’en Europe, diminuant fortement les coûts de transport; cela favorisera considérablement la concurrence et aura une grande influence sur la situation de l’agriculture en Europe occidentale, de même qu’en Russie.

Consulter la présentation de cette chronique et les articles dans la catégorie : chronique ego

Ce blog a été créé pour reprendre les articles publiés dans notre blog http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/.Celui-ci est actuellement défiguré par des publicités agressives et mensongères qui dénaturent notre travail. Vous pouvez cependant consulter ces articles en utilisant un bloqueur de publicités tel ADBLOCK, qui vous permettra une lecture sereine.


Source : Texte publié le 11 juin 2008 sur http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/.Traduction :c.a.r.l.

Nom de l’article : Texte inédit de Rosa Luxemburg : La construction de canaux en Amérique du Nord (1)

Le texte original en allemand, support de cette traduction se trouve dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982, P 283/283

Présentation de l’article: Nous continuons la publication de courts textes, publiés en 1898/1899 par Rosa Luxemburg et qui sont actuellement inédits en français. Notre volonté est de donner accès à une compréhension fine de l’action et de la pensée de Rosa Luxemburg, en montrant leur genèse, la constance des analyses et leur application aux événements petits et grands de l’époque. Ces textes donnent une photographie du capitalisme en marche – à son stade impérialiste.

Rosa Luxemburg. Une chronique nommée EGO

Pour suivre ce site, merci de vous rediriger vers sa nouvelle adresse : http://comprendreavecrosaluxemburg2.wp-hebergement.fr/


Une chronique nommée EGO

 

Ego est une chronique signée par Rosa Luxemburg  de décembre 1898 à mars 1899 sous le titre “Tour d’horizon économique et social”

 

Son historique

 

Rosa Luxemburg a 27 ans. Elle était en exil en Suisse depuis des années. Elle y a contribué à créer le parti social-démocrate polonais sur des bases de classe, le journal du parti et vient d’arriver en Allemagne en mai.

Elle a terminé cette tournée électorale en Haute-Silésie, faite à la demande du parti social-démocrate après sa rencontre avec Auer. On se souvient de ses hésitations à partir, elle qui aurait préféré “agir sur le terrain général“. Mais elle n’est pas encore perçue dans le parti social-démocrate allemand pour ce qu’elle souhaite être, une militante agissant au sein de la social-démocratie allemande et internationale, mais comme une militante polonaise.

Cependant, Rosa Luxemburg, de son côté, n’a pas oublié le but qu’elle s’est donné avec Leo Jogiches et ce sera la seule et dernière fois qu’elle agira en Allemagne dans un contexte uniquement polonais, même si cet engagement restera constant et parallèle.

Dès son retour, elle reprend et développe ses contacts avec les militants allemands et internationaux. Elle avait rencontré Schönlank dans un train, elle commence sa collaboration avec la Leipziger Volkszeitung.

Elle avait prévu de rencontrer Parvus. C’est lui qui finalement devra faire appel à elle. En effet, l’Etat allemand étant intervenu, il oblige Parvus, rédacteur en chef de la Sächsische Arbeiterzeitung, à quitter la Saxe et donc son poste.

Il propose alors la rédaction en chef à Rosa Luxemburg, qui hésite, puis accepte. Cette tâche s’avère difficile. Tout d’abord, elle est prise par la préparation du Congrès, puis elle se voit entraîner dans un de ses premiers conflits avec le courant réformiste, en l’occurrence avec le dirigeant social-démocrate Gradnauer.

Elle démissionne le 2 novembre et est remplacé par une personnalité plus médiane, Ledebour.

De cette brève aventure reste cependant le Tour d’horizon économique et social qu’elle ne veut pas signer de son nom et qu’elle signera du pseudonyme ego. L’origine de ce nom n’est pas attestée

 

– Ses contenus

 

Les articles de cette chronique sont toujours conjoncturels. Et l’information de seconde main. Il ne s’agit pas d’articles rédigés d’après des recherches propres, mais d’avis donnés à partir de la lecture de la presse sur des événements ayant une dimension économique plus générale.

Les thèmes en sont : la politique coloniale, la Weltpolitik (politique mondiale), le développement économique des principales puissances de l’époque, le marché mondial, les grands travaux.

 

– La méthode

 

Rosa Luxemburg fréquente la bibliothèque, s’appuie sur la lecture des journaux, écrit dans l’urgence, mais les thèmes sont toujours soigneusement choisis et l’argumentaire très précisément défini.

 

Les articles

 

EGO 1 (liste à compléter)

04 décembre 1898         Escroquerie capitaliste

04. décembre 1898        Misère de la bureaucratie en France

04 décembre 1898          L’industrie sidérurgique russe

04 décembre 1898          Constructions de canaux en Amérique du Nord

11décembre 1898           A quoi sert la politique coloniale?

11 décembre 1898          L’essor économique des États-Unis

11 décembre 1898          Grands travaux du capitalisme

11 décembre 1898         Qui doit-on sauver des méfaits de l’alcoolisme?

18 décembre 1898          Bouleversements sur le marché mondial

EGO 2 (liste à compléter)

08 janvier 1899                Transformations sur le marché mondial

08 janvier 1899                Les travailleurs des États-Unis et la politique annexionniste

EGO 3 (liste à compléter)

24 janvier 1899                Brillante politique coloniale

24 janvier 1899                 Le désarmement russe

Ces articles ont, on le voit, une unité. Ils sont complémentaires de ceux écrits dans le même temps pour la Leipziger Volkszeitung.

. 19 décembre 1899         Le prix d’une victoire

. 16 février 1899               Bouleversements dans la construction navale

 

Ils sont les premiers jalons d’une pensée de l’impérialisme et, de ce qui est indissociable pour Rosa Luxemburg, d’une action politique:

Octobre 1899                   Interventions au Congrès de Hanovre contre le militarisme (polémique avec Max Schippel)

21 septembre 1899           Intervention au Congrès de Mayence sur la guerre de Chine

22 septembre 1899           Discours sur la nécessité d’un mouvement de protestation accru contre la guerre de Chine

 

Et ce qui représente l’apogée de son action: son discours prononcé en tant que rapporteur des commissions sur le  militarisme et la politique coloniale  au congrès le 26 septembre 1900.

En suivant donc cette progression et cette unité dans la pensée et dans l’action, on peut redonner aux articles de cette chronique toute la place qui leur est due.


Vous trouverez sur le blog, comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com, des articles sur cette première période de l’action de Rosa Luxemburg : des extraits de la correspondance qui éclairent cette période et des textes de la chronique ego (en particulier sur la Page “1898 – 1900”, et dans la catégorie “ego”). Certains documents étaient inédits en français et traduits par nos soins (en rouge), d’autres ont été transcrits, enfin certains ont été repris d’autres sites et blogs,la source est indiquée.

Rappelons que la création de Comprendre avec Rosa Luxemburg 2 vient du fait que des publicités agressives, mensongères dénaturent la première version du blog mais qu’il est possible de télécharger un bloqueur de publicité tel ADBLOCK pour une consultation sereine du blog originel.

 

Rosa Luxemburg. Chronique ego – Grands travaux du capitalisme (1898) – Inédit en français.

Rosa Luxemburg. A quoi sert la politique coloniale? Article paru dans la chronique ego. (inédit en français sur le net)

Rosa Luxemburg. Chronique ego -L’essor économique des Etats-Unis (1898) – Inédit en français.

Texte inédit de Rosa Luxemburg : La construction de canaux en Amérique du Nord (1)

Rosa Luxemburg. De 1893 à 1898. Premiers pas d’une lutte contre le nationalisme, le réformisme, l’impérialisme.

Rosa Luxemburg en 1898 – Extrait de la présentation rédigée par G. Haupt de “Vive la lutte” Discours sur la tactique, 1898.

Congrès de Stuttgart. Quand Rosa Luxemburg s’interroge sur la relation entre luttes quotidiennes et but final du combat politique

“La politique douanière et le militarisme”. Chapitre du classique “Réforme sociale ou révolution ?” de Rosa Luxemburg

Rosa Luxemburg – correspondance, 23 juin 1898 – Je crois que chaque fois, chaque jour, pour chaque article …

Rosa Luxemburg, correspondance, Berlin 1898 – Premiers pas.

Correspondance – Rosa Luxemburg, arrivée à Berlin et le quotidien de la recherche d’une chambre …

Rosa Luxemburg – deuxième jour à Berlin – Les bleus à l’âme …

Rosa Luxemburg, deuxième jour à Berlin. Connexions, connexions … Et note sur Parvus

Décembre 1900 dans la correspondance de Rosa Luxemburg Meetings en Haute-Silésie – 1899

Ce qui inspire ce blog : un travail, une méthode


 

1ère publication sur le blog comprendre-avec-rosa-luxemburg. over-blog.com : le 10 octobre 2013

1ère publication sur le blog Comprendre avec Rosa luxemburg 2 : le 10 octobre 2013

Les textes originaux en allemand se trouvent dans le tome 1/1 des Gesammelte Werke, Dietz Verlag. Edition Berlin 1982